Orphelinat Happy Home

Bienvenue à "HAPPY HOME"

L'orphelinat Happy Home est un projet pour enfants orphelins ou vulnérables. Il est situé dans le sud-ouest du Kenya. Notre "joyeuse maison" a ouvert ses portes le 2 novembre 2006 et accueille aujourd'hui 31 enfants.

 

Restez informés

Happy Home Facebook

Brochures Happy Home à distribuer autour de vous:

Brochure Happy Home (Canada)

Brochure Happy Home (Europe)

Brochure Happy Home (International)

Cliquez sur les liens ci-dessous pour la suite de l'histoire...

1. Historique

Pourquoi un orphelinat à Stella?

Parce que, malheureusement, il y a un manque criant d'orphelinats dans la région de Nyanza. Le nombre d'orphelins y est très élevé et la pauvreté ne permet pas toujours à leurs proches, oncles et tantes ou grands-parents, de les prendre en charge. Néanmoins, la plupart des familles accueillent déjà des orphelins. Etant une charge pour ces familles, les enfants doivent souvent travailler dur en contrepartie des soins reçus.

Quand on demande aux gens "Combien d'enfants avez-vous?" ils répondent souvent: "5 enfants à moi, 4 de mon frère, et je m'occupe aussi de mes parents".

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

HIV/SIDA dans la province de Nyanza

Stella, un petit village de quelques centaines d’habitants, est situé au Sud-Ouest de la province de Nyanza, à quelques kilomètres de la frontière tanzanienne, entre le Lac Victoria et le réserve du Masai Mara. Nyanza est la province kényane la plus affectée par la pauvreté et les épidémies.

Une des principales raisons de ce nombre grandissant d'orphelins dans la région est le taux très élevé de mortalité lié au virus du SIDA. Certaines coutumes traditionnelles, comme la transmission de la veuve (souvent infectée) au frère du défunt, sont nées de la nécessité d'assurer l'aide financière et sociale à la veuve et à ses enfants. Dans le contexte actuel, cela favorise la transmission du HIV à toute une génération d’une même famille. Restent alors les grands-parents avec de 10 à 20 petits-enfants. Comment pourraient-ils leur assurer subsistance et éducation, alors qu'ils sont eux-même devenus trop âgés pour travailler aux champs?

Voici quelques données statistiques concernant la province de Nyanza (tirées du rapport 2006 sur le développement humain – PNUD):

· 44 ans: l’espérance de vie la plus faible du Kenya.
· 13 % : taux de prévalence du HIV/SIDA le plus haut au Kenya,jusqu'à 30% de la population active.
· 63 % : taux de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté, à nouveau le plus haut au Kenya.

Le plus urgent est un orphelinat

 

Une expérience personnelle peut illustrer, pour conclure, le besoin pressant de nouveaux orphelinats.

Lors d’un exercice participatif d'évaluation des besoins ruraux, on demandait aux femmes quel type de support serait nécessaire dans leur village. Nous pensions à des O.N.G., des établissements de micro finance, au développement agricole, etc... Mais non, les femmes ont répondu que le plus urgent serait un orphelinat.

 

La naissance de l'orphelinat “Happy Home”

Il y a environ 15 ans à Stella, la famille Sagwa Mdeizi mettait sur pied le « Medicare Maternity & Nursing Home Hospital », une clinique médicale vouée à offrir des soins aux villageois des environs. S'il a connu des périodes prospères, le nombre de patients y était devenu trop faible que pour y maintenir un service médical et le personnel nécessaire.

Ayant déjà eux-mêmes accueilli et pris en charge plusieurs orphelins à leur domicile, la famille Sagwa Mdeizi envisageait de transformer la clinique en orphelinat ou autre projet à caractère humanitaire. C’est avec l’arrivée d’Isabelle Vandeplas dans la communauté en 2006 que le projet a réellement pris forme. En très peu de temps, Happy Home vit le jour.

Isabelle vous raconte ici comment le projet est né :

«C’est en mars 2006 que j’ai rencontré Alfred, Rose et toute leur famille dans le cadre de mon travail de recherche agronome. C'est après la première rencontre avec les fermiers qu'Alfred m’invita à m’installer chez lui et à faire partie de sa grande famille.

Avant le Kenya, je travaillais au Bénin pour le programme alimentaire mondial des Nations-Unies(PAM), au sein d'un projet de support alimentaire pour orphelinats. C'est lors de nos missions de suivi des orphelinats que je fus touchée par le dévouement des familles locales, qui élèvent de nombreux orphelins sur leur seul salaire.

C'est en voyant ce que réussissaient à accomplir ces familles modestes que je me suis donné comme objectif d'un jour, moi aussi, aider des orphelins. Ce n'est que six mois plus tard au Kenya que mon souhait se réalisa.

C'est grace à Rose, la femme d'Alfred chez qui je logeais et qui partageait le même souhait que moi, que l'idée de Happy Home vit le jour. Peu de temps après Alfred et Tom, un ami de la famille, se sont joint à nous pour mettre ce projet sur pied.»


                 Isabelle - Rose - Tom - Edouard - Alfred

 

2. Les Enfants

Les Enfants

Qui sont nos enfants?

La vocation de Happy Home est de venir en aide aux enfants les plus défavorisés de la communauté autour de Stellah. Dans cette région, il s’agit le plus souvent d’orphelins ayant perdu leurs deux parents mais Happy Home accueille également quelques non-orphelins ayant été identifiés comme étant « en danger » par les services sociaux du gouvernement local.


L’équipe Happy Home travaille toujours avec les autorités locales ainsi qu'avec les membres de la communauté afin de s’assurer tout d'abord que l’enfant ne peut être pris en charge par un membre de sa famille ou de sa communauté.

Happy Home donne priorité aux cas les plus nécessiteux, sans discrimination ethnique, de langue ou d’appartenance religieuse. Happy Home veille autant que possible à ne pas séparer les enfants d’une même famille.

L’objectif de HH est de scolariser les enfants en fonction de leur capacité propre et de veiller à les préparer le mieux possible à leur réintégration dans leur communauté respective lorsqu’ils auront atteint l’âge adulte.

Vêtir et loger les enfants

L’inventaire de vêtements est géré par le responsable d’inventaire. Chaque enfant a son propre armoire de rangement et est ainsi responsable de sa propre « garde-robe ». Voyez comment vous pouvez contribuer à la garde-robe d’un de nos enfants et du même coup recycler les vêtements de vos propres enfants.

Les garçons et les filles sont logés dans des chambres séparées. Les ainés aident les plus petits.

 

3. La Santé

La Santé

En matière de santé, les enfants bénéficient de la présence d’une infirmière en charge à plein temps, elle est également une véritable maman! C’est Rose,la maman de la famille Sagwa Mdeizi. Elle est également appelable 24h/24 et habite à quelques pas de l’orphelinat. Un infirmier auxiliaire vient la remplacer durant les journées de congé.

Outre la pharmacie et l'infirmerie au sein même de l’orphelinat, il existe un hôpital de district à Migori, quelques 5km plus loin.

En matière de prévention,

· Les enfants et les « mamans » dorment sous moustiquaire pour se protéger de la malaria.
. L’eau puisée est toujours purifiée.
. Les enfants suivent des mesures d’hygiène strictes.
. Les menus hebdomadaires sont établis selon des consignes de nutrition.
. Les « mamans » s’installent avec les enfants pour dormir tôt.

Sécurité

Le niveau de sécurité est généralement élevé autour du village de Stellah. Il n’y a généralement pas d’incidents, ni dans le village, ni dans les environs. Toutefois, Happy Home a mis en place les mesures préventives suivantes :

· Une clôture sur le pourtour du terrain.
· Un gardien de nuit expérimenté fait des rondes toute la nuit, dès la tombée du jour.
· Une « maman » dort avec les enfants dans chacune des chambres.
· Garder le moins possible d'argent en caisse.

Mais avant tout, la sécurité de Happy Home passe par une bonne relation avec les autorités et les autres membres de la communauté villageoise.

« En Afrique, plus une communauté est soudée, plus elle est à l’abri de la criminalité. En effet, dans une communauté harmonieuse, tous les membres de la communauté sont à la fois agents de renseignements et agents de sécurité… »

4. L'éducation


Éduquer les enfants

Happy Home s’engage à scolariser les enfants au mieux de leur capacité. Les enfants suivront le parcours scolaire depuis la maternelle jusqu’à la fin de l’école primaire. Ensuite, selon les compétences et aptitudes manifestées, ils entreprendront soit des études secondaires, soit une formation professionnelle. Les meilleurs auront l’opportunité de poursuivre des études supérieures.

Pour augmenter les chances de réussite de nos enfants, des tuteurs viennent auHappy Home après les classes afin de réviser les leçons et poursuivre l’apprentissage.

Le système scolaire kényan est inspiré du système britannique. La pré-maternelle peut même débuter dès l’âge de 2 ans. Ensuite, à partir de 7 ans commencent normalement les cours primaires, allant de Standard 1 à 8.

L’admission à une école secondaire est fonction des résultats obtenus lors de l’examen national de fin du parcours primaire. Les meilleurs candidats ont accès aux quelques écoles nationales, le deuxième échelon peut accéder aux écoles provinciales, et ainsi de suite jusqu’au niveau du district et du village.

Le parcours secondaire comporte 4 années, de Form 1 à Form 4, et prend fin avec l’examen national. L’admission au niveau universitaire est normalement réservée aux candidats ayant obtenus les meilleurs
résultats à cet examen.

Grace au programme kenyan d'accès à l'éducation pour tous, la prise en charge des études d'un enfant s'avère peu coûteuse jusqu'à la fin du primaire. Malheureusement, à partir du niveau secondaire, les frais scolaires augmentent de façon spectaculaire.

C’est pourquoi nous devons épargner dès aujourd’hui pour pouvoir leur offrir , le cas échéant, un accès aux études.


Leurs temps libres et leurs tâches

Le personnel sur place veille à ce que les enfants de Happy Home puissent évoluer dans un cadre idéal tout en respectant les coutumes locales. La notion de temps libre à Stellah diffère quand même beaucoup de la même notion en Occident.

Un des défis quotidien à Happy Home est donc de veiller à ce que les enfants s’amusent (ce qu’ils savent très bien faire !), mais également à ce qu’ils apprennent les coutumes de leur société et leur rôle dans celle-ci, tant pour aujourd’hui que pour demain.

Pour accomplir cela nous tentons:

· de recréer un cadre familial qui respecte les coutumes locales.
· de veiller à une distribution appropriée des tâches ménagères.
· de développer les habiletés techniques nécessaires en milieu rural
   (agriculture, élevage, travaux manuels, etc.).
· de veiller au bien-être et au suivi psychologique des enfants.
· d’intégrer des mesures améliorées en matière de santé et d’hygiène.

 

Un coup d’œil à notre galerie de photos vous donnera un bref apperçu des activités quotidiennes de nos enfants. Encore mieux, prenez une minute pour parcourir les différentes édititons de la Newsletter de Happy Home. (voir en bas de page "News")

 

5. La Maison

La Maison

Les travaux de transformation des bâtiments permettent de créer des aires de vies plus appropriées à un orphelinat.

Selon les normes communiquées par les autorités Kenyanes, les garçons et les filles doivent loger dans des bâtiments séparés. Les salles d’études doivent également être séparées.


Capacité d’Accueil

Le 1 novembre 2006, les premiers 12 enfants sont arrivés à HH. Une fois la période d’adaptation passée, ce nombre est passé à 22, puis à 25 enfants.  Après les transformations, Happy Home aura une capacité maximale de 50-60 places.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Happy Home cherche avant tout à recréer un cadre familial donc non-institutionnel.

L’augmentation pogressive du nombre d’enfants est donc un processus réfléchi, géré de façon graduelle et prudence. Un autre facteur important étant évidemment la disponibilité et la garantie de moyens financiers à long terme. C’est surtout ici que nous avons besoin de votre aide.

6. Notre Mission

Notre vision

Réaliser le plein potentiel des enfants admis à Happy Home pour leur permettre de réintégrer leur communauté en tant qu’adultes responsables et indépendants.

Notre mission

Travailler avec les membres de la communauté et les autorités locales pour offrir un nouveau départ dans la vie à des enfants orphelins ou vulnérables. Offrir à ces enfants la possibilité d’une vie meilleure en leur permettant de grandir dans un cadre familial chaleureux et sain; d’obtenir une éducation de premier plan; de bénéficier d’un suivi médical et de jouir d’une saine alimentation.

7. L'Organisation

L’Organisation

Structure organisationnelle

Voici un aperçu de la structure que nous avons mise en place pour gérer notre projet :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les personnes impliquées, tant dans la gestion que dans la collecte de fonds, sont des volontaires non-rémunérés.

Seuls le directeur de Happy Home et les membres du personnel reçoivent un salaire. Nous prévoyons également de charger un auditeur financier de la révision périodique des comptes.

Encadrement

Le personnel de Happy Home se classe en deux catégorie qu’on pourrait appeler professionnels et subordonnés. Alors que le personnel professionnel est recruté dans un rayon plus étendu, le personnel subordonné est recruté au sein même de la communauté locale.

Voici les principaux postes dans notre orphelinat :

A) Personnel Professionnel:

B) Personnel Subordonné:

À Happy Home, nous tentons de recréer un cadre familial et c’est pourquoi il y a plusieurs  «mamans ». Il nous semble important que ces « mamans » soient proches des enfants.

Pour les autres postes, nous demandons au personnel d'être flexible et d'occuper plus d'une fonction. Enfin, durant les jours d'absence ou de congé, il y a du personnel de relève pour tous les postes-clés.

En plus de ce personnel à temps plein, certains professionnels viennent régulièrement selon les besoins, tels que tuteurs académiques ou spécialistes en psychologie infantile. Ajoutez à cela les volontaires du Kenya ou de l'étranger qui viennent aider à la maison. Enfin, les membres de la famille des enfants (plus souvent des grands-parents) sont toujours les bienvenus.

Bref, ce n’est pas la vie qui manque à Happy Home !

Membres du Conseil d'Administration

Happy Home du point de vue légal

Au Kenya, le projet Happy Home Orphanage a démarré en tant que « Self Help Group » (groupe d’entraide). Le projet a été enregistré auprès des autorités gouvernementales et deux certificats d’opérations nous ont été délivrés. Un de ces certificat est renouvelable et donc conditionné à des inspections périodiques tant des lieux que des enfants.

Le Kenya possède un système législatif très rigide en matière de prise en charge et de protection des enfants. Ce système veille, tout comme nous, à ce que les enfants placés en orphelinats reçoivent tout ce dont ils ont besoin pour s’accomplir. A l’étranger, trois différentes organisations sans but lucratifs reconnues et enregistrées hébergent ou veillent au transfert de fonds pour notre projet Happy Home Orphanage:

Enfin au Kenya, une démarche a été lancée pour mettre sur pied une ONG qui agira en tant qu’organe coupole du projet Happy Home Orphanage. La législation kenyane offre en effet plus d’avantages et de protection aux entités désignées ONG.

 

AttachmentSize
certificate1.JPG77.75 KB